07 62 10 64 07
 

lundi au samedi 9h30-18h30

 

ASSURANCES PARTICULIERS

Prévoyance obsèques, décès (l'assurance décès relève du domaine de la prévoyance, c'est à dire que le risque assuré est celui du décès de l'assuré).

Ce contrat garantit le versement d'un capital, dont le montant est déterminé au moment de la souscription, qui sera reversé en cas de décès de l'assuré, aux bénéficiaires de son choix, ce qui lui permettra de protéger ses proches. Complémentaire santé, Plan Epargne Retraite Populaire, assurance-vie ; nous sommes en mesure de vous proposer une large gamme d'assurances selon votre profil et vos besoins via nos partenaires.

Assurance-vie

L’assurance vie fait partie des placements préférés des français en terme d’assurances particuliers. Et pour cause, il est relativement souple et peu convenir à un grand nombre de profils. Le but premier d’une assurance-vie est de garantir le versement d’un capital ou d’une rente, et ce, arrivé au terme d’un contrat. Elle constitue également un support d’investissement et peut servir à la protection de ses proches, tout en étant avantageuse fiscalement. Un large choix existe pour investir dans l’assurance-vie. Elle peut être distribuée par plusieurs organismes différents et l’offre étant très concurrentielle, elle permet de pouvoir comparer avant de souscrire. Ce placement offre la possibilité  d’investir dans de nombreux supports financiers (actions, obligations, sicav, opcvm…) Jusqu’à 152 500 euros (par parent et par enfant) en cas de décès, il n’y a pas de droits de succession.  Au-delà de 8 ans, la fiscalité sur les plus-values est seulement de 7,5%, à part les prélèvements sociaux, donc plutôt avantageuse. L’assurance-vie est utilisée à la fois comme produit d’épargne et à la fois comme produit de prévoyance appelée assurance-décès

Assurance-décès

L’assurance décès n’est pas un placement financier, contrairement à l’assurance-vie. Elle tient une place à part au sein des assurances particuliers. Elle a un but complètement différent : l’assuré ne peut pas retirer les sommes versées, même en partie. Pas de fructification du capital (l’assuré paie ses cotisations afin que ses bénéficiaires soient assurés à son décès). En fin de contrat, si l’assuré est toujours en vie, les cotisations sont perdues définitivement (possibilité de souscrire à une garantie décès « vie entière » pour y palier). 

Deux contrats existent en assurance-décès :

Contrat temporaire : il a une date de fin de contrat, ce qui signifie que l’assuré perd toutes les cotisations versées si toujours en vie à la fin du contrat.

Contrat permanent : contrairement au contrat temporaire, il n’y a pas de date de fin au contrat, la seule échéance étant le décès de l’assuré. Dans ce cas le capital sera bel et bien versé  aux bénéficiaires du contrat, peu importe quand l’évènement déclencheur survient.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.